La participation en urbanisme

1) LA VILLE, fruit du hasard ou de la nécessite ?

Dans les villes d’occident soumises aux effets de la domination romaine,le sentiment qui l’emporte est d’ordre de plan,la planification.

-   A cette idée d’organisation correspond tout naturellement celle de "bâtisseurs de ville " comme on parle de bâtisseurs de cathédrale. Le fondateur de la cité, «l‘embélisseur de la ville »dicte ses ordre a une armée d'architectes comme on construirait un château, une basilique…etc.

 - Ce serait cette impulsion qui s'appuyant sur quelques facteurs favorables le plus souvent géographiques ou stratégiques fait germer l'établissement humain.
 

« Ainsi qui fait la ville? le fleuve, le carrefour, la campagne ou bien le souverain?»

 « La ville, est _ ce la charrue de Romulus, la mine de charbon, le château fort? la concentration industrielle,la bourgeoisie?» 

    PEUT -ON SANS ETRE PROPRIETAIRE PRENDRE DES DECISIONS FONDEES SUR L’INTERET DE LA COLLECTIVITE ?

Alors qui décide de  la ville?

De quoi décident –T-ils?

 

uAU Etats-Unis:
u 
ula participation a vue la naissance où la création spontanée d’associations qui se manifestent dans de nombreux pays d’Europe et d’Amérique.
u 
uComparable aux mouvements ouvriers au début de l’ère industrielle
u 
uc’est dans les ghettos américains que la participation a vue le jour et que c’est là quelle a été a la fois la plus encouragée et La plus bafouée, les premiers troubles politiques dans les villes sudistes commencèrent au milieu des années 50 (mouvements des droits civiques des noires)
u 
uAu début des années 60. Les ETATS_ UNIS connaissaient une crise socio- politique importante.

 
uAinsi, on assiste à la création de montées explosives de luttes et revendications sociales. obligeant le gouvernement de Washington a réagir vivement ,afin de satisfaire  les noires. La politique réformiste du président Johnson tendant a réduire les tentions sociales dans le cadre d’une politique de grande sociétés, suite logique de celle de la nouvelle frontière innovée par le président Kennedy.
u 
uc’est ainsi que furent organisés en 1960 les programmes « model cities » qui devait coordonner les nombreuses actions publiques et privées intéressées a la revitalisation économique. sociale et physique de la ville par le biais de logements sociaux et d’équipements collectifs.
u 
ules programmes model cities s’efforçaient aussi de mettre en place un processus de planification plus démocratique dans lequel les habitants et les groupes socioprofessionnels participaient a la détermination des besoins des individus.

 
uMouvement advocacy plaining :
u 
ua cote des militants conduisant la lutte dans les ghettos. On avait vu a partir de 1963 des animateurs techniciens dans le domaine du cadre bâti. qui avait choisis de s’intégrer dans ces ghettos et d’y travailler non au service du pouvoir mais au service du peuple «advocacy planning »
uLes aidant a déterminer leurs besoins et a réagir contre les projets imposes par l’administration ou les promoteurs privés.
 
uChez les étudiants et les professionnels :
u 
uc’est l’association de l’advocacy planning avec la formation des étudiants au sein de l’université. Les étudiants étaient valide dans le cursus de leurs études en fonction du travail qu’ils avaient réalisé dans le quartier sous la direction de leurs enseignants.
u 
uLes étudiants reprocher aux enseignants professionnels un manque d’engagement politique. demandaient un enseignement tenant compte des désordres sociaux dont ils étaient les témoins.

 
uEvaluation des travaux de l’advocacy planning :
u 
ula rénovation urbaine .a a son actif plus d’immeubles de luxe de logement et de bureaux que de logements sociaux, sous prétexte de l’insalubrité, elle a détruit dans des ghettos beaucoup de logements qui n’ont jamais été  remplacés.
u
ule facteur temps : pour participe réellement a une activité de quartier. il faut du temps pour s’organiser, sensibiliser et pour négocier au lieu de venir en aide aux quartiers pauvre les programmes de rénovation ont stimulés la spéculation et le profit
u
urésultat : échec du mouvement
u 

 2) LES ACTEURS DE LA PARTICIPATION : 

 ACTEUR PRIVILEGIE :LES ADMINISTRATEURS

 UN SPECULATEUR ACTIF : L’INDUSTRIEL

 UN ARBITRE ENGAGE :LE MAIRE

 SECOND ROLE !?: L’USAGER 

3) Relation technicien usager :

« Les associations sont le meilleur moyen, pour que les usagers S’expriment » 

« il faudrait pouvoir passe des associations de défense,a des associations qui aideraient a la mise en place de l’opération »

Dans quel domaines intervient-il ?

1-les chemins piétonniers

2-la carte scolaire

3-stationement

4-modification de catégories de logement et la densité d’un programme

5-creation de pistes cyclables

 6-situation des espaces de jeux pour les petits enfants

 

 

u 

 

uTypes de participations:

La participation bloquée :
uc’est l’opposition de l’usager à la décision du cadre institutionnel  
u
La participation substituée :
ul’usager participe à la prise des décisions par la voie des enquêtes.  
u
La participation information :
udans le cas ou l’usager n’a plus de pouvoir et puis les décisions institutionnels se contentent de diffuser une information.  
u
La participation pouvoir :
uc’est l’association usager acteurs institutionnel surtout dans le domaine de l’architecture.
 
  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site